NAO du 21 février 2017 : l’avis des négociateurs CGT

L’augmentation proposée par la DG programme purement et simplement une perte de pouvoir d’achat pour les agents de Pôle emploi.

Les syndicats qui prétendent  » changer les rapports de forces à Pôle emploi  » (CFDT,CFTC,CGC) auront du mal à dire qu’ils ont mis la direction dos au mur.

L’unique séance de négociation de ce mardi 21 février au matin n’a permis « d’arracher » que 0,5 % d’augmentation de la partie fixe (PF) et de la valeur du point-salaire, soit 303 euros la PF et 7,839 euros le point pour les salariés de doit privé de Pôle emploi.

La direction n’accorde qu’à regret la séance de revoyure demandée par certaines organisations, tout en indiquant qu’elle pense ne pas avoir de nouvelles capacités à négocier en septembre prochain. Mais, dans sa grande mansuétude, elle accorde également un revalorisation du ticket restaurant  à 8,97 euros…

La CGT a demandé un rattrapage de 7 % pour compenser les pertes de pouvoir d’achat subies entre 2009 et 2016 (voir notre tableau ci dessous qui explicite la dégringolade de nos salaires) ainsi que les éléments pour comparer les écarts de rémunération FEMMES/HOMMES (on constate que les salaires moyens des femmes, quelles que soient les catégories professionnelles, sont toujours inférieurs à ceux des hommes).

Mais nos revendications sonnent comme une lutte des classes à l’oreille de la DG : avoir l’outrecuidance de refuser une troisième année sans augmentation générale et revendiquer une véritable augmentation de la valeur du point et de la part fixe, comme le fait la CGT, c’est au dessus-de ce que prévoit la direction de Pôle emploi.

La direction pousse la provocation jusqu’à subordonner, une nouvelle fois, l’application de cette augmentation à la signature majoritaire de l’accord par les organisations syndicales. C’est inacceptable.

Les 6 et 7 mars seront l’occasion de préparer une seconde séance de négociation (sans attendre septembre comme le souhaite la direction) pour faire entendre la nécessité d’une reconnaissance salariale à la hauteur de l’investissement des personnels.

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *