Loi travail : des prestations sociales en chute libre

Baisse ou suppression des cotisations salariales, hausse de la CSG, refonte de la formation, cadeaux aux entreprises… Ce que prévoit la Loi Travail XXL

Des allègements pour les employeurs

Macron prévoit de transformer le CICE en « allègement permanent de cotisations sociales de 6 points pour toutes les entreprises ».

Lien :  Le coût du CICE

Il prévoit de supprimer la totalité des cotisations au niveau du SMIC, le transformant ainsi en trappe à bas salaire, mais aussi en rémunération subventionnée par nos impôts. Cela représente un allègement pour les employeurs de près de 1800 euros par an et par salarié au SMIC, à la charge des contribuables.

Il prévoit aussi une baisse de l’impôt sur les sociétés à 25% ainsi qu’une forte baisse de l’impôt de solidarité sur la fortune en le limitant à l’immobilier. D’une manière générale, Macron chiffre à 20 milliards supplémentaires les cadeaux aux entreprises et aux plus riches que son programme permettra de dégager.

Hausse de la CSG

La suppression des cotisations sociales salariales maladie et chômage ne sera que partiellement compensée par une hausse de la CSG, plus particulièrement pour les retraités, ce qui va transformer notre protection sociale en un système sous contrôle d’Etat, avec un financement fiscalisé, comme aux Etats-Unis.

Droits chômage

D’ailleurs il est prévu que l’Unedic passe directement sous gestion d’Etat, dont la baisse des recettes de fonctionnement (les cotisations chômage) amènera inexorablement à la baisse des prestations chômage, que Bruxelles estime « trop généreuses ».

Le programme de Macron promet la radiation de l’assurance chômage pour tout privé d’emploi qui refusera deux offres « décentes » d’emploi dans sa région, une offre décente étant définie comme n’importe quel emploi avec un salaire jusqu’à 25% inférieur au précédent.

Formation professionnelle

Enfin, la fusion de l’apprentissage et du contrat de professionnalisation accentuera la dépendance de la formation professionnelle aux employeurs, en la limitant à ce qui est utile aux objectifs patronaux d’employabilité.

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *