Compte rendu de la CPLRC du 21 novembre 2018

La direction était représentée par le directeur régional adjoint chargé de la performance sociale et a soumis 2 recours à l’ordre du jour de cette commission.

Une collègue repositionnée « conseillère à l’emploi » demande un positionnement comme « chargée de projet formation ».

Cette collègue possède un contrat de travail « agent de maîtrise » et pour l’ensemble des organisations syndicales représentées, la direction ne peut pas se permettre un « déclassement » de cette collègue comme « conseillère à l’emploi ».

Malgré « les contorsions » du directeur régional adjoint, qui tentait de porter l’argument que cette collègue « travaille au sein d’une agence (sic ?!) » et donc qu’elle peut être repositionnée comme « conseillère à l’emploi », l’ensemble des organisations syndicales se sont prononcées POUR un reclassement comme chargée de projet.

La direction reste sur sa position et se prononce CONTRE.

AVIS PARTAGE : le repositionnement de la collègue comme « conseillère à l’emploi » est hélas maintenu. Il appartient à la collègue, si elle le souhaite, de saisir la Commission Nationale Paritaire de Conciliation.

Une collègue positionnée « chargée de projet » demande un repositionnement « chargée de mission ».

La direction argumente que cette collègue «n’est pas à la conception de missions » et donc qu’un repositionnement comme « chargée de mission » ne peut pas être envisagé.

Les organisations syndicales unanimes ne peuvent entendre cet argument et, au vu des éléments présentés, votent POUR un repositionnement comme « chargée de mission ».

La direction maintient le repositionnement comme « chargée de projet » et vote CONTRE la demande de la collègue.

AVIS PARTAGE : le positionnement de la collègue comme « chargée de projet » est hélas maintenu. Il appartient à la collègue si elle le souhaite de saisir la Commission Nationale Paritaire de Conciliation.

LA CGT RESTE A LA DISPOSITION DE CES COLLEGUES POUR TOUT ACCOMPAGNEMENT.

Droit de recours

La CGT a été mandatée par 2 collègues  ayant exercé leur droit de recours auprès de la direction, qui a répondu par une fin de non-recevoir, au motif que leur demande ne dépend pas de la Commission de Recours locale mais de la Commission Nationale relevant (entre autre) de l’évolution de carrière.

La CGT estime que les demandes des collègues qui ont saisi la CPLRC dans les formes définies par le règlement intérieur de cette commission, doivent être étudiées par la CPLRC. Il appartient à ses membres, ensuite, de statuer paritairement sur ces recours.

La CGT, mandatée, a présenté ces 2 dossiers aux membres de la CPLRC en demandant l’étude immédiate et le débat paritaire, comme il se doit.

La direction a tenté dans un premier temps de faire barrage…puis a demandé un temps de réflexion pour une étude lors de la prochaine CPLRC qui aura lieu mardi prochain après–midi 27 novembre.

Nous demandons à tous les collègues « retoqués » unilatéralement par la Direction Régionale de toute étude par la CPLRC, de nous contacter au plus vite.

RESTEZ PROCHES DE LA CGT.

LA CGT A VOS COTES.

Membres CGT de La CPLRC :

Chrystèle CHARRET

Boualem BOUAKKAZ

Marie – Françoise BOURGEOIS

Manuela MARQUES

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.