Compte rendu DP du 13 avril 2017

La réponse de la DR à vos questions concernant la création de la 5ème agence à Orléans, la trajectoire GDD, les promotions…

« A la poubelle ! »

Une déclaration signée de toutes les organisations syndicales est lue, en défense de collègues en souffrance suite à la création de la 5ème agence et méprisés par la direction.

2 fiches RPS ont été rédigées et le DRH a déclaré qu’il les mettrait…« à la poubelle » !

Réponse DR : le DRH n’émet aucune réponse et demande la lecture de la 1ère question.

Commentaire CGT : Seule la CGT dénonce ce mépris et insiste : « Vous avez bien entendu cette déclaration ? Qu’avez-vous à répondre ? Des agents sont en souffrance » ! « Ça fait 3 fois que cette déclaration est lue ! J’ai bien entendu » ! … Circulez, y’a rien à voir ! On sent bien que la « qualité de vie au travail » des agents n’est pas la priorité de la direction…

Le directeur régional refuse d’entendre les délégués du personnel et ne vient jamais en réunion et les directeurs régionaux adjoints se font porter pâles. Ils préfèrent vendre leurs éléments de langage en comité d’établissement pour mettre en œuvre l’organisation de la DG, qui casse nos missions (dématérialisation, sous-traitance, fermeture des agences, trajectoire GDD etc…) et dégrade nos conditions de travail. Le directeur régional ne veut pas s’abaisser à écouter les revendications du personnel, vous comprenez ?…

Trajectoire GDD

La CGT reprend espoir quand elle entend des délégués CFDT contester la soi disant décroissance de l’activité GDD

Commentaire CGT : La CGT n’a bien sûr pas validé la mise en œuvre de l’accord GPEC visant à orienter des agents GDD vers le placement et nous regrettons vivement de n’être pas parvenus à l’unité syndicale la plus large contre la casse du métier indemnisation. Aujourd’hui, avec cet accord GPEC, signé par la CFDT, la CGC et la CFTC, la situation est très compliquée pour faire entendre à la direction que la charge de travail liée à l’indemnisation est toujours très importante…

Nous avons réaffirmé le malaise grandissant des collègues GDD, dont la direction est totalement responsable. Car comment l’établissement pouvait engager en même temps la disparition des A2S avec l’affectation en agences polyvalentes des traitements ASS et CSP, et la trajectoire GDD qui affaiblit gravement le métier indemnisation ? Nous n’aurons aucune réponse. Et pour cause : la DR Centre Val de Loire est aux ordres de la DG. Nous ne devons donc compter que sur nous-mêmes pour défendre nos missions et nos métiers qui vont avec.

Promotions

Le DRH s’était engagé à recevoir et donner une réponse définitive aux agents qui avaient formulé un recours avant mi avril.

Réponse DR : malgré la relance de la CGT, il nous indique qu’il n’a pas eu le temps et exprime ses difficultés budgétaires l’empêchant de promouvoir un plus grand nombre d’agents. Tous les agents ayant saisi les Délégués du Personnel en recours de leur non promotion, auront un entretien téléphonique ou physique avec le service RH avant le 28 avril.

Commentaire CGT : Nous conseillons à tous les agents de choisir un entretien physique, en étant accompagnés d’un représentant du personnel.

Conditions de travail

Mutuelle

La CGT a demandé qu’une confirmation d’adhésion à la surcomplémentaire soit envoyée à tous les agents ayant effectué ce choix.

Réponse DR : la direction s’engage à envoyer une information sur la procédure à suivre à l’ensemble du personnel.

Bureau psychologue du travail

La CGT a demandé un bureau fermé dans toutes les agences.

Réponse DR : La direction dit entendre cette question et regrette le changement de procédure imposée par la DG pour des questions financières. La direction régionale s’engage à ce que les ELD permettent à tous les psychologues du travail de remplir leur mission dans un bureau fermé, dans l’attente de l’engagement des travaux nécessaires dans un délai de 5 semaines.

Commentaire CGT : un engagement ferme a été pris par la direction régionale et nos collègues n’ont pas à subir les changements de procédures de la DG

Doubles écrans

A la demande de la CGT, la direction va missionner un ergonome pour le meilleur confort des agents dans cette nouvelle configuration de travail.

Emploi des services civiques

Le DRH affirme « qu’il y aurait un trou dans la raquette si on n’avait plus d’engagés volontaires. Les services civiques permettent aux DE éloignés du digital de ne pas perdre pied ».

Commentaire CGT : nous ne pouvons accepter un tel discours. Les services civiques ne peuvent pas (légalement) être utilisés pour occuper une mission pérenne du service public de l’emploi. Ce ne sont pas des salariés ou des agents publics de Pôle emploi qui doit embaucher pour remplir ses missions.

Réseau agences

Mails « commerciaux » envoyés aux usagers

Dans certains bassins d’emploi, des newsletters sont envoyées aux demandeurs d’emploi, pouvant leur faire croire, grâce à un langage emprunté aux techniques de marketing commerciales, que la sortie du chômage est toute proche pour eux, si ils contactent très rapidement leur conseiller référent.

Ces mails sont envoyés sans en avoir informé au préalable le conseiller ce qui est à la limite de l’usurpation d’identité.

Réponse DR : la direction, par la voie du DT du 37, affirme qu’ « il s’agit d’une information sur le marché de l’emploi local adressé aux DE, ainsi que sur la prestation de service. Les agences concernées ont un taux de satisfaction des DE très fort ». Il a un droit de regard sur leur contenu mais les valide sans en prendre connaissance…

Commentaire CGT : nous réaffirmons que les agents de Pôle emploi ne sont pas responsables du chômage. On ne peut accepter de tels écrits « commerciaux » sans aucun échange avec les conseillers concernés en amont. De tels envois peuvent mettre les agents en porte-à-faux et nous exigeons que la direction y mette un terme.

Qualité de traitement des demandes d’allocations chômage

La dématérialisation et la sous-traitance dégradent la qualité de traitement des demandes d’allocations. La CGT demande de connaître les critères de contrôle retenus.

Réponse DR : le DT du 37 nous répond que ce sont des critères fixés par la DG, qu’il ne les connaît pas par cœur mais que les taux de qualité ne sont pas dégradés…

Commentaire CGT : Nous savons que la qualité du traitement des demandes d’allocations n’est pas le souci 1er de la DG, laquelle a d’abord la volonté de mettre en œuvre l’automatisation du traitement et la réduction des agents affectés à la mission d’indemnisation.

 

Prochaine réunion des Délégués du Personnel le 11 mai 2017

Si vous avez des questions et/ou des réclamations, contactez la CGT 

Marie Françoise Bourgeois Marie Hualde Boualem Bouakkaz

Hervé Colas Chrystèle Charret Bruno Munguia

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *