COMPTE RENDU DU CHSCT DU 7 SEPTEMBRE 2017

Situation de Bourges Prospective; télétravail; les PAG

SITUATION DE BOURGES PROSPECTIVE :

La direction annonce un « plan d’actions » :

-La direction estime tout d’abord que l’outil « opéra » qui doit mesurer l’équation charges / ressources n’est plus adapté du fait des réorganisations successives et notamment de l’intégration des A2S en agences de proximités. La direction va donc d’abord s’attacher à mesurer la « réalité » de la charge de travail en estimant que chaque demandeur d’emploi, ne représente pas le même « poids » selon son éloignement du marché du travail…

-La direction pense à changer l’implantation de l’agence.

-Intervention d’un prestataire pour rendre les locaux plus attractifs.

– Nouvel appel d’offre concernant l’intervention de nouveaux psychologues.

-Intervention d’un « coach » externe pour accompagner la directrice et l’ELD.

-Intervention d’un spécialiste externe de la Qualité de Vie au Travail, qui sera également chargé de « mesurer » le climat social de l’agence.

Avis CGT :La CGT a pris acte du plan d’actions de la direction, tout en notant que l’organisation imposée par la direction générale (diminution des agents affectés à l’indemnisation des demandeurs, casse du métier placement avec la création des équipes CEDRE et la toute dématérialisation, fermeture des agences l’après-midi etc…) n’est nullement remise en cause. Or, l’organisation de la direction générale, qui dégrade le service rendu aux usagers est, pour nous militants CGT, une des causes du malaise des agents.

La CGT a demandé également le coût que représentera l’intervention de prestataires externes. Le DRH nous a informés qu’il n’avait pas de budget spécifique et que ces interventions ne devaient pas excéder un coût compris entre 7000 et 10000 euros.

La CGT craint que le critère du coût soit le premier retenu, au détriment de la qualité des interventions et de leur efficacité.

La CGT se tiendra informée des actions entreprises et surtout de leur effet sur les conditions de travail des collègues.

TELETRAVAIL :

La direction informe que 8 agents retenus ne souscrivent plus au télétravail pour diverses raisons :

-Affectation et mutation dans d’autres agences de proximité.

-Difficulté pour obtenir les attestations d’assurance adaptées.

-Pas suffisamment de débit internet au domicile de l’agent.

Avis CGT :La CGT comprend les motivations des collègues pour le télétravail.

Mais la CGT rappelle les missions du service public de l’emploi, notamment l’accueil et la réception des demandeurs et la nécessité de l’échange en « face à face ». Or, le télétravail coupe l’agent du service public de l’emploi de l’usager. D’ailleurs, la direction retire un poste informatique en agence après la remise d’un ordinateur portable au « télétravailleur ».

La CGT pense que le télétravail détruira à terme les collectifs, en vidant peu à peu les agences, du personnel et donc des demandeurs. En effet, avec la toute dématérialisation, le télétravail sera accentué dans les prochaines années.

PAG :

 Pour les PAG,  un séminaire est prévu  pour réunir  les collègues des PAG en  agence avec les collègues de la PPSAD afin qu’ils s’expriment sur leurs besoins, et qu’ils fassent  des échanges de pratique.  Possibilité pour les collègues qui le souhaitent d’accéder aux formations bureautiques à la DR. Le but est d’homogénéiser les pratiques entre les PAG.

La direction a prévu en 2018  un séminaire par semestre.

Pour la direction, « Il faut  en faire un vrai métier ». La construction d’une «  Charte  du PAG » est prévue.

RESTEZ PROCHES DE LA CGT.

Délégation CGT au CHSCT du 7 septembre :

Martine MOREIRA DE JESUS (élue).

Boualem BOUAKKAZ (représentant CGT).

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *