22 mai 2018 : pourquoi la CGT appelle à la grève

Tract de la CGT suite aux déclarations de J. Bassères sur 4000 suppressions d’emploi à Pôle emploi, confirmées par M. Pénicaud.

La CGT  dénonce les menaces qui pèsent sur le financement et la pérennité de Pôle emploi notamment au travers des 4,5 milliards d’euros de coupes budgétaires programmées d’ici 2022.

Aucun poste n’est de trop dans notre établissement ; recruter et titulariser doivent être une priorité pour répondre à nos missions de service public.

La CGT rappelle que le contrôle ne peut se substituer à l’accompagnement et réaffirme que l’augmentation du nombre de conseillers chargés du contrôle à iso effectifs aura des conséquences sur l’augmentation de la taille des portefeuilles et, de fait, sur la capacité des conseillers à accompagner tous les demandeurs d’emploi.

La suppression de 1677 emplois ( 297 CDI + 1380 contrats aidés) accroît la dégradation de nos conditions de travail et le recrutement de 3200 jeunes en service civique (travailleurs précaires sans contrat de travail et non salariés de Pôle emploi) ne peut palier des emplois de titulaires qualifiés !

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *