Compte rendu DP d’octobre 2018

Compte rendu partiel de la réunion DP dû à une suspension de séance suite au refus de la direction de répondre aux questions des délégués du personnel.

Accueil téléphonique rénové et service à l’usager

Depuis le courant du mois d’août, les demandeurs d’emploi voient leurs appels téléphoniques liés aux questions d’indemnisation aboutir dans leurs agences d’inscription et de suivi. Des conseillers indemnisation sont censés répondre de manière professionnelle à nos usagers.
Devant la pénurie des ressources GDD, il n’est plus rare que des conseillers placement, voire des CDD, soient mis au bout du fil pour répondre aux demandeurs d’emploi en lieu et place des conseillers GDD !
Les délégués CGT demandent l’arrêt immédiat de ces pratiques déviantes qui vont à l’encontre totale de la mission de service public qui nous est confiée : rendre un service de qualité aux usagers que nous indemnisons.

Réponse DR : la direction est très étonnée et répond que cela n’est pas conforme à notre offre de service.

Commentaire CGT : la CGT est très étonnée de cette réponse car nous savons que des DAPE ont exprimé leurs difficultés à la direction du fait du manque d’effectifs GDD et qu’ils doivent se débrouiller avec défense de se plaindre.
Nous demandons à la direction et aux signataires de l’accord GPEC de reconnaître que la décroissance des GDD est une ineptie. Silence radio…

La CGT rappelle qu’elle n’a pas signé cet accord qui a entériné une dégradation des conditions de travail des conseillers en charge de l’indemnisation.

Classification

Les Délégués du Personnel CGT demandent à la direction si un conseiller à l’emploi de niveau C3 peut permuter avec un conseiller à l’emploi positionné au niveau D1.

Réponse DR : le DRAPS répond par la négative.

Commentaire CGT : nous savons tous qu’un conseiller en C3 fait exactement le même travail qu’un conseiller en D1. L’accord Classification, jugé excellent par les signataires habituels et la direction, impacte donc les permutations et la CCN.

La CGT rappelle qu’elle n’a pas signé cet accord néfaste pour le personnel.

Confidentialité quant à la santé des agents

Dans plusieurs agences, ce sont les collègues des PAG qui réceptionnent les fiches d’aptitude délivrées par la médecine du travail alors que certaines d’entre elles comportent des restrictions ou des informations confidentielles.
Au nom de la confidentialité, les Délégués du Personnel CGT demandent que ces documents soient réceptionnés et traités par les ELD.

Réponse DR : la direction reconnaît que c’est un sujet délicat, qu’il appartient effectivement aux ELD de réceptionner les fiches et fera un rappel.

Commentaire CGT : à suivre…

Départs en retraite

Les Délégués du Personnel CGT demandent à la direction combien d’agents ont fait valoir leur intention de leur droit à la retraite pour 2019 et combien seront remplacés.

Réponse DR : le DRAPS botte en touche et répond que le sujet sera traité en Comité ’Etablissement.

Commentaire CGT : la CGT indique qu’avec l’annonce des suppressions de poste le personnel est légitimement inquiet et a besoin de réponses. Les derniers de cordée devront attendre le bon vouloir le la direction.

Questions restées sans réponse

Travail de proximité

Les délégués du Personnel CGT réitèrent leur question de septembre dernier concernant le recours individuel de Madame C.D. qui a bénéficié en 2017 d’une journée hebdomadaire de travail de proximité. Sa demande pour 2 journées de travail de proximité pour l’exercice 2018 lui a été refusée. Afin de favoriser la révision de ce refus, son collègue Monsieur D.M. a retiré sa propre demande.

Les Délégués du Personnel CGT réclament une réponse en séance.

Réponse DR : le DRAPS donnera sa réponse ultérieurement.

Commentaire CGT : cette réponse particulièrement méprisante pour notre collègue (aujourd’hui en congé maternité) est inadmissible ! Cette affaire date du mois de mai et le DRH précédent avait donné un accord oral. Les ELD ne peuvent pas faire ce que bon leur semble lorsqu’un agent a saisi les Délégués du Personnel pour un arbitrage.

Retraite progressive

Les délégués du Personnel CGT réitèrent leur question du mois de septembre dernier quant à la modalité de la CARSAT qui permet de prendre une fraction de sa retraite en contre partie d’un temps partiel. Les Délégués du Personnel CGT réclament une réponse quant à la procédure pour les agents, privés et publics, pour pouvoir en bénéficier.

Réponse DR : le DRAPS ne comprend plus notre question (qu’il avait pourtant comprise le mois dernier) et veut nous recevoir dans son bureau.

Commentaire CGT : la question de la CGT est pourtant simple : il s’agit d’une demande de retraite progressive régie par l’article R351-40 du code de la sécurité sociale ! Dans la mesure où cela a une incidence sur le temps de travail il y a certainement une procédure vis à vis des RH. C’est compliqué ou bien la direction préfère ne pas communiquer ?

Sécurité du Personnel en Service Civique

Un collègue en Service Civique à l’agence de Châteauroux a subi une agression. Le MANAC, qui n’était pas dans son bureau au moment des faits, n’a pas souhaité rédiger de fiche de signalement comme cela est préconisé.
Les Délégués du Personnel CGT rappellent que l’employeur doit veiller à la santé et à la sécurité du Personnel et ont exigé qu’un rappel soit fait, particulièrement à l’ELD de Châteauroux.

Réponse DR : la direction voit rouge, affirme que nos propos sont faux et nous demande de retirer notre question …

Commentaire CGT : avec des excuses et un chocolat chaud ? D’une part c’est bien mal connaître la CGT et d’autre part il n’appartient pas à la direction de juger si les questions lui conviennent ou pas !
Pour information, l’agression du jeune engagé volontaire a eu lieu le 27/09, nous avons adressé notre question le 08/10, une fiche a été rédigée le 09/10 et le 10/10 la directrice régionale s’est déplacée sur Châteauroux…. Vous voyez l’entourloupe ?

Cette tentative d’intimidation a fait l’objet d’une déclaration de l’ensemble des représentants du Personnel que nous vous avons adressée. Le problème c’est que l’Etablissement est loin d’être exemplaire avec les services civiques qui n’ont pas la possibilité de rédiger des fiches événements par exemple. L’agence des services civiques sera destinataire de la déclaration lue en séance.

Conditions de travail à l’accueil sur flux

Suite à la disparition du SARC Indemnisation, les usagers sont contraints d’utiliser le téléphone (39-49) ou d’envoyer un mail pour poser une question qui peut se révéler urgente la plupart du temps.
Ces 2 canaux sont aujourd’hui saturés, les demandeurs d’emploi se présentent physiquement à l’accueil des agences et les réponses ne peuvent pas toujours être données de manière satisfaisante par les conseillers placement, de surcroît s’ils sont en CDD !

Les Délégués du Personnel CGT demandent à la direction :

­‐ comment elle compte gérer l’insatisfaction de nos usagers liée à l’abandon de notre mission qui est d’accueillir et de donner une réponse fiable à nos usagers ?
-­ comment elle compte gérer l’insatisfaction, le stress, la dévalorisation des conseillers, liés à
l’incapacité d’assumer cette mission ?

Réponse DR : la direction réfute la fermeture des SARC et affirme qu’avec l’accueil téléphonique rénové il y a une diminution des appels et elle reste très vigilante quant au stress et la dévalorisation des conseillers. Blablabla…

Commentaire CGT : bon vous l’aurez compris, elle continue de nier la perte de sens de notre métier et la dégradation de nos conditions de travail et pour elle TOUT VA TRES BIEN.

Conditions de travail à Orléans Sud

Les files d’attente à l’Agence d’Orléans sud sont très importantes, les usagers sont souvent en difficulté avec les services à distance numériques et doivent se déplacer en agence pour se faire entendre…Une collègue en CDD a été embauchée en CDI sur un poste de Conseillère en Indemnisation. Un autre CDD a été renouvelé.
Les Délégués du Personnel CGT réclament que les contrats précaires dans cette agence soient transformés en CDI.

Réponse DR : la direction nous ressort sa sempiternelle réponse : nous restons très vigilants aux bonnes conditions d’accueil et indique qu’il faut attendre la prochaine BDE du 15/10/18.

Commentaire CGT : nous attendons donc le 15 et reposerons la question si nécessaire

Tous les Délégués du Personnel et RSS encore présents en réunion des DP ce jeudi 11 octobre 2018 à 17H15 réclament de la direction une réponse en séance à la question 52 /23 de FO, question déjà posée en septembre 2018 (n°56/36) et toujours sans réponse, y compris dans les réponses écrites de la direction.

Dans l’attente, les DP et RSS sont en suspension de séance et ce, jusqu’à obtention de la réponse. Ce qui explique ce compte rendu partiel.

Nous sommes bien évidemment toujours dans l’attente d’une réponse de la part de l’Etablissement !

Votre délégation CGT en réunion des Délégués du Personnel
Marie-Françoise BOURGEOIS      Marie HUALDE
Chrystèle CHARRET      Boualem BOUAKKAZ
Bruno MUNGUIA       Hervé COLAS

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *